Terrible two: surmonter les embûches


La phase “Terrible Two” qu’est ce que c’est?

Retour en arrière/ mai-juin 2019: 22 mois et j’ai comme la légère impression que mon ptit môme débute sa phase “Terrible Two”. Les crises de larmes à répétition et les débuts de crises de nerf à chaque contrariété m’ont mis la puce à l’oreille

Au travers de mes lectures, je me rassure sur ce nouveau comportement dans lequel je vois mon adorable petit bébé d’amour se transformer en tornade-tiphon inarêtable.

Mon fils a maintenant 26 mois, donc un peu plus de 2 ans. Je pense qu’on est un peu sorti de la phase critique #insupportable de mon loulou. Attention je ne dis pas qu’il n’est pas relou de temps en temps …souvent…mais ses crises sont beaucoup moins fortes et impressionnantes. J’ai un peu de recul et de maitrise de la gestion de crise même si des épisodes ponctuels surviennent de temps en temps.

Le “terrible two”

De tout ce que j’ai pu lire , c’est une phase normale du développement de l’enfant. C’est physiologique. Beaucoup de changements ont lieu dans le corps et l’esprit du ptit môme. C’est un moment où l’enfant découvre son unicité d’individu. Il comprend qu’il est différent de son papa ou de sa maman , qu’il a sa propre individualité…et donc qu’il peut décider tout seul…(mouai) La phase du “non” vient donc du fait que l’enfant forme son caractère, prend des décisions et se confronte à l’autorité parentale pour exister en tant qu’individu à part entière. Ca nous donne un aperçu d’une autre crise qui débute vers 10-12 ans .  La crise d’adolescence traduit aussi un bouleversement physiologique et une volonté d’indépendance difficile à gérer pour l’adolescent (et les parents;)

Selon Filiozat, psychothérapeute, la crise des 2 ans n’est censé durer que quelques semaines. Comme tout ce qui concerne les enfants, je suppose que cela dépend beaucoup de l’exemplaire que nous avons à la maison. 

Cet extrait de la maison des maternelles explique bien les tenants et aboutissants de cette phase plutôt difficile à vivre pour les parents et l’enfant.

Que faire quand il dit non sur tous les tons? La maison des maternelles du 13 octobre 2016

Chez nous, ça a plutôt duré 3-4mois ou les crises étaient particulièrement intenses, avec crises de larmes, de pleurs, de roulades par terre voir de frappes sur la personne qui essaye de le prendre dans les bras pour le soutenir #mamanpourlavie

Comment faire face au terrible two?

Mes crédo:

  •  Je choisi mes batailles: on ne peut pas obtenir gain de cause sur tous les fronts: La sécurité est non négociable (ex: donner la main dans la rue) mais finir son repas un peu moins 😉 (par exemple)
  • Je donne les limites et les règles pour chaque situation. Ex Nous sommes au parc et je ne veux pas qu’il en sorte. Si monsieur décide d’en sortir nous rentrons, pas de 2e avertissement. Effectivement ça lui a fait bizarre de partir au bout de 5 minutes la 1ere fois…plus de pb par la suite.
  • J’identifie et j’évite les situations à risque: il est bien sur difficile de toutes les éviter sinon on reste enfermé H24. Chez nous le supermarché est un endroit difficile à gérer pour lui (et moi), donc on ne l’emmene pas avec nous. Si vraiment on ne peut pas faire autrement , on y va montre en main pour y passer le moins de temps possible. Autre situation à risque c’est les retours du parc: très difficile pour lui de gérer la frustration de la fin des jeux. Du coup je commence à le prévenir environ 10-15 minutes avant pour qu’il se fasse à l’idée , ca marche… la plupart du temps;)

Au moment de la crise

Le contenir physiquement ou au moins garder le contact. Cela revient à lui montrer qu’on est là pour lui quoi qu’il arrive. J’avoue c’est possible quand il est encore petit mais maintenant qu’il est plus grand c’est vraiment difficile, donc je reste à coté #mamanpourlavie

Essayer de l’aider à exprimer son ressenti, pas simple en temps de crise mais marche beaucoup mieux maintenant qu’il est un peu plus grand. Il s’agit de formuler le problème qu’il rencontre et faire preuve d’empathie: je galère toujours un peu aujourd’hui à comprendre le pourquoi du comment mais en gros c’est souvent: la peur, la frustration, la séparation (ex: les départs au travail du papa chez nous), l’incompréhension d’une situation…

Éviter la négation (ils ne l’a comprennent pas encore): donc formuler des demandes claires toujours dans l’affirmatif ex n’ouvre pas ce placard-> laisse ce placard fermé


Et pour les parents:

Se dire que cette période va passer 😉 …et oublier le regard des gens quand la crise intervient à l’extérieur.

Vous avez appréciez cet article? N’hésitez pas à partager vos astuces en commentaire pour faire face à cette période pas facile des 2 ans.

Vous pouvez aussi partager l’article sur les réseaux si celui-ci vous a plu.

Inscription à la Newsletter Oh!ptitsMômes
Restez informé des derniers articles publiés et d'autres idées coutures
We respect your privacy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *