Les joies de la maternité: Expérimenter le terrible 2…parcours (pas)zen: revu et corrigé ;)


Aussi appelé “crise d’ado de mon fils de 2 ans”

Cet article fais suite à un article que j’ai publié au début de la crise (d’ado) de mon fils de 2ans. Aujourd’hui 2ans et 3/4 , on va dire que j’ai un peu de recul sur cet épisode (pas encore fini chez nous). J’ai repris le clavier sur ce sujet car je sature un peu du discours de bienveillance/éducation positive qui je trouve , rajoute une pression sur les épaules des parents. En ces temps de confinement la patience des parents est mise à très très rude épreuve et on fait ce qu’on peut avec ce qu’on est /a.

Mise à jour à J+ 330.. et X X X crises:

On va pas se mentir cette période est longueeee: on en est à 33 mois soit 2ans et 3/4 et il est toujours dedans. Ca va donc faire 1 an en juillet. Comment je le sais? il est ch–nt. Un “non!” pour tout et rien , même quand on ne lui demande pas son avis 😉 Il ne veut plus manger de légumes depuis 1 ans. Et ne veut plus mettre ses chaussures/ chaussons pour marcher dans la maison ou en extérieur. On a un aperçu des choix de revendication de mon ptit môme (mais oui! marche pied nu dans les cailloux)

La crise des 2 ans par temps de confinement(mars 20 à mai 20)…ah ah ah la bonne blague. Bon moi clairement j’en peux plus. Le déconfinement dans une semaine ne va pas changer grand chose car la place en creche de notre nouveau lieu de résidence est sous réserve de disponibilité et la nounou a un enfant a risque donc ne va potentiellement pas reprendre tout de suite.

Du coup j’ai un peu revue ma gestion des crises:

Révision de la gestion de crise

En gros , je fais tout ce qui ne fait pas de moi une maman zen

  • Je ne transige toujours pas avec les règles de sécurité, quitte à gronder et punir. Parce qu’au bout de 45 explications du pourquoi du comment du “il ne faut pas sauter de 3m de haut” ou”jouer avec des ciseaux, en courant” . Ma patience de parent est un peu limitée Donc je gronde puis j’explique (re re re …explique la règle)
  • Je fais du chantage: “si tu veux…”” alors il faut… ” ex: j’ai revue ma position sur la TV par temps de confinement , donc s’il veut la tv il faut ranger le bazard. Pareil pour les repas: un bon dessert et j’arrive à lui faire finir son assiette (1 fois sur 2)
  • La menace: La spécialité des crises de mon fils: au moment des repas, enfin avant le repas , histoire de mettre tout le monde de bonne humeur. Donc je l’enferme 5 minutes dans sa chambre pour qu’il se calme et que les autres personnes (3 générations cohabitent sur notre lieu de confinement) puissent commencer leur repas. Généralement ces crises sont plutot rapides et mon loulou revient vite manger avec nous comme si de rien n’était.
  • Lui faire arreter la TV: Avec le confinement qui dure, j’ai revu ma position sur la tv . Donc avant de lui faire arreter la TV, j’ai accepté de le laisser regarder la tv (quelques minutes au début , et puis la on est plus au niveau de plusieurs heures). Je me retrouve confronté à un avantage (du temps pour moi) et un inconvénient (une crise pour éteindre). J’arrive à peu près à gérer la crise quand je viens le prévenir 10 min en avance. Je le laisse aussi éteindre tout seul pour le responsabiliser (ca marche bien ce truc;). Il peut y avoir des loupés et je viens éteindre moi même, mais comme je l’ai prévenu ca se passe mieux. En général, la galère c’est quand je lui impose par surprise.

Je suis donc à des km de l’éducation positive. D’ailleurs ce nom me rend folle. Ceux qui ne pratiquent pas l’éducation positive: pratique donc l’éducation négative??. Il me semble que c’est assez restreint de voir l’éducation d’un enfant en positif ou négatif. On fait de notre mieux et si des parents arrivent à ne pas crier /gronder /punir /faire du chantage: tant mieux pour eux . Cela n’en fait pas de meilleurs ou moins bon parents comme ceux qui crient/ grondent…aiment leurs enfants.

J’ai une sacrée tendance à me mettre la pression ,donc quand il s’agit de mon fils je me suit fixée 3 lignes de conduite. Ca m’évite de me mettre trop la pression 😉 sur par exemple arreter de crier (mais moi c’est ma nature de crier 😉

  • que mon enfant grandisse dans un environnement d’amour même s’il peut y avoir des conflits (aka je peux crier ;;;;)
  • qu’il soit en bonne santé
  • qu’il arrive à comprendre les rêgles de vie en société à respecter (savoir que ca existe et qu’il faut obéir). Il faut dire qu’ici on est 3 générations sous le même toit, il faut un minimum de règles pour arriver à cohabiter sereinement.

Aller on y croit, le terrible two a une fin (enfin c’est ce que mes copines maman me disent)

Inscription à la Newsletter Oh!ptitsMômes
Restez informé des derniers articles publiés et d'autres idées coutures
We respect your privacy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *