Double culture et transmission de la langue


Ptit môme a une maman française et un papa du magreb, d’Algérie, de Kabylie en Algérie pour être précis.

J’ai déjà écris quelques articles sur la double culture car c’est un sujet qui me tient à coeur:

L’arrivée d’un bébé dans un couple ça pose beaucoup de questions… ou pas. Venant d’horizons très différents, nous avons abordé la question bébé: transmission de la culture, de la religion, de la langue bien avant de penser concrètement à l’éventualité d’un mini-nous. Disons que pour moi, les questions sont apparues lorsque j’ai compris que c’était sérieux avec mon homme et qu’il serait le papa de mes enfants (rien que ça).

Notre mission si nous l’acceptons: garder ce qu’il y a de mieux des deux côtés et le transmettre à notre fils. Et en pratique ca donne quoi pour transmettre la langue qui est parlée par uniquement un des parents?

Comment transmettre la langue paternelle (dans notre cas c’est la langue du papa)?

Il est important pour nous que notre fils puisse un jour parler couramment le Kabyle en plus du Français. C’est une partie de son histoire et de sa culture. Nous allons régulièrement en Algérie en Kabylie et la mamie paternelle ne parle que Kabyle. Il faut que ptit môme puisse échanger avec sa mamie. Pareil avec ses cousins qui parlent kabyle ou arabe (certains français mais pas tous). Il doit donc pouvoir parler cette langue ou au moins la comprendre pour ne pas se sentir trop exclu en vacances dans sa famille.

C’est aussi un moyen de créer un lien privilégié avec son papa. Là c’est moins drôle pour la maman qui comprends très difficilement voir pas du tout le kabyle mais c’est tellement Meuuuugnon ;)de voir son papa lui expliquer des choses en kabyle.

J’y vois aussi un autre avantage. Je me dis qu’apprendre à parler deux langues couramment très tôt lui facilitera peut être les choses pour apprendre plus facilement d’autres langues plus tard.

Comment Bébé apprend les langues?

  • Le cerveau du bébé: Tout petit voir même in utero (ils entendent les sons), les bébés sont de véritables éponges. Ils emmagasinent tellement d’information, c’est juste impressionnant. Les sons en font partie. Ca sera plus facile pour lui de reconnaître certains sons particuliers d’une langue car il les aura déjà entendu et retenu. J’avoue que pour moi certaines nuances des sons Kabyle sont totalement indistincts. C’est due au fait que je ne suis pas en immersion totale et que je n’ai pas grandit au contact de cette langue.
  • Si bébé arrive à distinguer des sons particuliers et à se les approprier, il arrivera à les prononcer quand il se mettra à parler. Parce que moi non seulement je ne les distingue pas mais alors arriver à les prononcer …bref je ne suis pas prête de parler Kabyle.

Comment peut on s’y prendre pour transmettre une langue à son bébé?

Plusieurs possibilités:

  • Un parent parle une langue et l’autre parent une autre. C’est ce que nous faisons sur les conseils d’une amie orthophoniste: Mon mari ne lui parle que kabyle et moi que français. Eh bien certaines expressions sont clairement reconnues par bébé. Par exemple: lorsque je lui demande de me donner ce qu’il a dans la main: “donne moi…” et “awid …” , notre ptit Môme me tend la main lorsque je lui parle kabyle et pas français. Par contre pour“attention” et “balack” c’est le français qui le fait réagir. (Désolée si j’écris mal le kabyle, je suis encore moins douée qu’à la compréhension et qu’à l’oral)
  • D’autres possibilités pour les parents: un lieu = une langue où encore une activité = une langue.

  • On peut aussi s’aider d’autres outils pour favoriser un environnement multilingue: Les comptines et plus tard (parce que idéalement pas d’écran avant 3 ans = une question de maturation du cerveau) la tv avec des émissions en langue d’origine sont des bons moyens d’avoir des sons de la langue la moins parlée à la maison.

Et vous, avez vous souhaité transmettre une langue particulière? comment vous y prennez vous?

Envie de recevoir la newsletter, c’est par ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *