Chercher un nouvel emploi quand on est jeune parent

Suite à la naissance de mon ptit môme, mon précédent employeur et moi même avons décidé d’un commun accord de séparer nos chemins. Outre le fait qu’on m’a largement poussé vers la sortie, j’étais quand même soulagée de quitter un environnement pareil. Par contre, la base dans tout départ: pas de démission (sauf si vous avez autre chose directement après) donc j’ai eu une rupture conventionnelle à la sueur de mon front car ils préféraient que je démissionne (tu m’étonnes!!).

Prendre son temps

Un petit mois pour m’en remettre. J’avais quand même repris le travail à mon poste après mon congé mater. Revenir dans le monde du travail , se réadapter aux horaires, à la charge de travail tout en laissant son ptit môme chez une nourrice ce n’est pas évident. Alors se faire dégager 5 mois plus tard, après tous ces efforts, c’est rageant…

Je n’ai rien fait pendant deux mois (un mois pour m’en remettre, un mois pour profiter un peu). Nous avons gardé la nounou en diminuant ses heures car je suis quand même dans l’optique de reprendre le travail dès que possible. J’ai profité de mon fils au maximum. C’est l’époque des grands apprentissages, des poussées dentaires. C’est passionnant et cela permet de ne pas penser au fait qu’on est au chômage avec un bébé.

Prendre son temps et prendre soin de soi, c’est bateau mais ca compte. Pour trouver un emploi, il faut pouvoir montrer la meilleure facette de soi. Et c’est la le plus dur dans les périodes de chômage: garder le moral et la motivation avec des hauts et des bas constants (+la fatigue induite par un nouveau né)

Revoir ses priorités:

Lorsque j’ai enfin réussi à ouvrir mon cv pour le mettre à jour sans m’énerver contre mon ancien employeur qui m’a fait perdre ce temps et cette énergie, je me suis posée sur mes priorités /critères de recherche d’emploi. Critères qui peuvent bien sure évoluer en fonction de la durée de ma recherche d’emploi. Critères très personnels dont pole emploi m’a déjà fait part de son scepticisme (sur la proximité)

  • la proximité : critère n°1 car mon ancien job était à 1h de chez moi: Impossible à gérer avec un bébé. C’est donc mon critère de recherche n°1, non négociable pour le moment. Avec les remarques de certains recruteurs qui me font gentiment mais sèchement remarquer que la moyenne en Ile de France c’est 45 min… oui mais non. Je sais qu’il y a de l’emploi dans mon département, il faut juste persévérer… et cela va finir par payer. Au pire  je reprendrai un boulot à 1h de chez moi si je ne trouve vraiment rien d’ici quelques mois.
  • Le contenu du poste: bon j’hésite à le mettre en 2 ou 3 parce qu’on est souvent déçu entre le poste “idéal” de l’annonce à laquelle on répond et le poste “réel” une fois dans l’entreprise. Donc  c’est sure qu’il faut que les missions  plaisent un minimum mais je me demande si je ne mettrais pas le salaire en 2e position, au moins c’est concret et pas de mauvaise surprise une fois dans l’entreprise
  • Le salaire (voir 2e position) : C’est difficile de ne pas se sous vendre lorsqu’on est en situation de recherche d’emploi. J’entends par là accepter un salaire moins élevé que ce que l’on vaut sur le marché. On voit beaucoup de postes qui demandent dans la description de poste des missions pour séniors (+de 5 ans d’expérience) au tarif junior (!!). Il faut vraiment avoir confiance en ses capacités et ses compétences (et en la chance) pour se dire qu’on va trouver un travail et qu’on a pas besoin de se sous vendre.
  • Le type de contrat: ce qui m’intéresse c’est la durée, plus c’est long plus c’est utile sur le CV. Donc s’il y a des opportunités en CDD ou intérim (qui payent mieux qu’on CDI soit dit en passant, mais sans vacances…) c’est à voir.

La recherche d’emploi

  • Organiser ses recherches:
    • Candidatures très ciblées: CV et lettre de motivation (parfois) qui correspondent exactement au poste. Je réadapte le vocabulaire de mon CV en fonction de l’offre d’emploi. Il faut évidement que cela corresponde à mon expérience. Comme chaque entreprise à son propre vocabulaire pour parler d’un même poste, cela permet de s’approprier le vocabulaire utilisé dans l’entreprise recherchée.
    • MAJ de ses profil sur les sites de recherche d’emploi: Linkedin, Indeed, Monster et consort … ainsi que 2-3 cabinets de recrutement lié à mon secteur. Au début de ma vie pro, j’évitais au maximum les cabinets de recrutement ayant eu plusieurs entretiens catastrophiques avec des personnes qui ne comprenaient rien à mon travail. Depuis j’ai gagné en expérience et eux aussi, il faut croire 😉 et j’ai face à moi plus de personnes qui savent à quoi correspond mon travail (ou alors je sais mieux en parler maintenant).
    • Savoir se présenter en 2 minutes. C’est une étape pour une fois qu’on a les entretiens (parce qu’ils vont arriver à un moment), alors autant être prête quand cela arrive. C’est aussi un bon atout lorsque les recruteurs appellent et que l’on veut faire bonne impression dès le début. Il faut pouvoir y placer:
      • ses années d’expériences
      • son/ses domaine(s) d’activité
      • ses compétences principales
      • rapide description de son dernier poste
      • le poste visé dans sa recherche d’emploi (idéalement, il correspond au poste pour lequel on vous appelle)
  • Garder le moral:

Je trouve qu’il faut voir la recherche d’emploi comme un marathon. C’est un parcours qui va être fait de hauts (on vous appelle et vous avez plein d’entretien) et de bas (réponse négative voir pas de réponses du tout).

Il faut aussi savoir que le recrutement en entreprise se fait par vague. En tous les cas, c’est ce que j’ai pu observer avec mes différentes phases de chômage durant ma vie pro. Pour mon secteur d’activité j’observe des phases de plus ou moins 3 mois sans offres/appel/entretiens puis 1,5 mois avec beaucoup plus d’offres sur le marché. La je ne parle pas du marché de l’emploi “caché”, qui représente les offres non accessibles au large public et qui marche par relation/connaissance/recrutement interne…bref celui que je ne maitrise pas. Donc s’il n’y a aucun retour il faut persévérer et ne pas se décourager.

Je dirais aussi qu’il faut faire autre chose que seulement chercher du travail. Heureusement petit môme est là pour nous changer les idées et nous occuper.

  • Gérer son ptit loulou

Chercher un travail avec un bébé, oulala je ne connaissais pas , maintenant je connais. Les heures idéales pour postuler c’est tôt le matin. Jusque là tout va bien, ptit môme me réveillant à 6h (quand j’ai de la chance) tous les matins. Par contre, se poser devant son ordi pour postuler avec un bébé dans les pattes… pas simple. Envoyer une candidature cohérente (intitulé de poste =objet du CV, ou encore bonne lettre de motivation pour le bon poste, ou encore ne pas faire de fautes d’orthographe)…pas simple.

Je vous conseillerai de faire vos candidatures en plusieurs fois : tout préparer à l’avance (cv et lm) et l’envoyer un matin après s’être relue 15 fois pour ne pas se tromper.

Mais avoir un ptit môme durant sa recherche de travail, ça a ses avantages car on est bien occupé à ne pas penser à sa situation. S’occuper de lui, sortir se balader, jouer avec son bébé, autant de points positifs pour sortir la tête du guidon.

Le point noir c’est faire garder son ptit môme lorsqu’on a des entretiens, au choix:

  • le papa
  • une nounou
  • une halte garderie quand ils sont un peu plus grands
  • une/un voisin(e)
  • Pole emploi a mis en place un système pour faciliter l’accès aux haltes garderies ou autres systèmes de garde ponctuelle, je n’ai pas testé mais ça a le mérite d’exister, il vaut mieux se renseigner

S’organiser en vue d’une prise de poste imminente

  • Organisation des repas bébé et adulte:

Je suis encore très loin de maitriser le truc mais j’ai quand même pris le pli de cuisiner les repas de ptit môme le dimanche (en gros 1h-2h) puis de congeler en portions pour pouvoir les ressortir en semaine (repas du midi et du soir)

  • Faire ce qu’on n’aura pas le temps de faire une fois le travail repris:

Bon là aussi j’avance petit à petit pour faire le grand tri dans l’appart. Trier les papiers dont on a plus besoin et que l’on ne fait jamais

Regarder des séries: oui parce que ça je pense que cela sera juste impossible une fois le travail repris.

  • Se préparer à la séparation avec son ptit loulou

On doit être beaucoup de maman dans cette situation avec le dilemme: travailler et moins voir ses enfants, ou arrêter le travail et  voir un peu plus ses enfants mais avec d’autres questions et soucis qui se posent.

Reprendre un rythme de 40h/sem minimum + rajouter les transports, j’ai l’appréhension de ne plus voir grandir mon ptit môme. Je me prépare à la séparation en me disant que c’est aussi pour son bien que je reprends le travail (pseudo déculpabilisation).

Je pense aussi que c’est la qualité des moments qui va faire que cette séparation pourra être mieux vécu. Mon ptit môme étant du matin très matinal (moi aussi mais un peu moins quand même), nous passons ce temps ensemble tous les deux. A chacun de trouver comment passer du temps de qualité avec son bébé.

 

Voili, voilou un looooong article sur la recherche d’emploi en tant que jeune parent. J’espère que cela vous sera utile dans vos démarches et vous permettra de ne pas vous décourager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *